dimanche 1 février 2015

Someday maybe de Ophelia London




Bonjour à tous!!

Dernière chronique avant le bilan du mois, qui est aussi le premier bilan de l'année.
J'ai découvert ce roman sur la page Facebook de Jane Austen is my wonderland qui a tout un album de romans dérivés des romans de Jane Austen. Comme vous le savez, je suis fan de Persuasion et ce roman d'Ophelia London en est une réécriture moderne.

Sans plus attendre, la couverture et le résumé (traduction perso):



Rachel Daughtry a un plan à dix ans qui ne laisse place à aucune erreur. Ou aux garçons pas sérieux, ceci incluant Oliver Wentorth, le petit ami de sa première année de fac qu'elle n'a jamais oublié. Là voici de retour à San Franscico avec un super/flippant nouveau boulot. Malheureusement, son plan ne prévoyait pas de rencontrer le nouveau petit ami secret de sa meilleure amie... Oliver.

Heureusement, personne n'est au courant que Rachel et Oliver sont sorti ensemble et Rachel ne pourrai faire de mal à son amie, meme si on la menaçait d'une séance d'épilation du maillot sans fin. Mais ça la tue. Elle n'a pas tourné la page. Pas du tout. Et alors que son plan à 10 s’effondre tout autour d'elle, Rachel réalise que peut etre... peut etre... Oliver ressent la meme chose.

Rachel est sur le point de perdre tout controle. Et sa meilleure amie. Et l'amour de sa vie.

************************************************************************

Donc comme je vous l'ai dit en introduction, j'adore Persuasion. Je suis amoureuse de Frederick Wentworth et j'ai adoré le fait qu'Oliver porte son nom. Bon et j'adore le prénom Oliver, des restes de Love Story^^

Donc j'ai commencé ce roman sans vraiment savoir à quoi m'attendre si ce n'est que nos héros seraient surement fous amoureux l'un de l'autre, allaient être séparés, puis se retrouver. Ben oui.. Persuasion... je vais pas vous rappeler l'histoire.


Et le roman est raconté de point de vue de Rachel, au début, on alterne entre sa vie aujourd'hui et sa vie à l'époque où elle a rencontré Oliver, à chaque chapitre.

Dès les premières lignes je suis tombée sous le charme d'Oliver. Et très très vite, j'ai aimé Rachel. Bon pas autant qu'Anne Eliott, les filles d'aujourd'hui n'ont pas l'abnégation des héroïnes Austinienes mais elle gère bien la petite. Surtout dans une romance NA où en général, les filles sont des clichés ambulants et on a qu'une envie: leur taper dessus.

Là non. Rachel n'est pas agaçante. Un peu control freak, un peu hésitante, un peu trop trouillarde mais le pourquoi du comment est expliqué et tient la route (à mon sens)

J'ai aimé alterner entre les deux époques pour comprendre ce qu'il s'était passé entre eux, mais j'ai vraiment adoré la deuxieme partie du roman, quand on est à fond dans le aujourd'hui et que Rachel doit faire avec la présence d'Oliver dans son quotidien.

J'ai adoré le clin d'oeil de l'auteur quand aux deuxiemes prénoms des personnages principaux (Anne et Frederick vous vous en doutez)

On peut très bien lire, et apprécier ce roman sans avoir lu l'original. C'est une petite romance légère, bien écrite, aux personnages attachants et approfondis(par oppositions aux romans où certains personnages secondaires sont justes effleurés).

Je sais qu'Ophelia London a écrit d'autres adaptations de roman de Jane Austen et je pense vraiment les lires.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire