samedi 31 mai 2014

Seducing Cinderella de Gina L Maxwell


Bonjour à tous!

Comment allez vous en ce week end à rallonge? Moi,comme d'habitude, j'en profite pour dévorer les livres. Franchement, je crois que  je ne remercierai jamais assez ma copine Julie S de m'avoir inciter à acheter une liseuse, grace à elle, je ne suis jamais en panne de livres et je dévore tout un tas de romans que je n'aurai pas eu les moyens d'acheter... C'est ma bibliothèque à moi, sans avoir besoin de me déplacer ou d'attendre qu'un livre soit dispo^^.

Comme je vous l'ai dit il y a quelques jours, j'avais décidé de commencer ce roman de Gina Maxwell, jusqu'à ce que je lise la chronique de Gwenlan sur Love Game et que je ne change d'avis. J'ai donc dévoré Love Game et finalement ouvert Seducing Cinderella... et je l'ai dévoré...


Comme d'habitude, je vous laisse avec la quatrième de couverture:

Beau, altruiste, intelligent, le Dr Stephen Mann est l’homme idéal… selon Lucie Miller, kiné à l’hôpital. Or Stephen n’a que faire d’elle. Jusqu’à ce que Reid Andrews s’en mêle. Sportif de haut niveau, blessé à l’épaule, Reid a besoin d’une rééducation express s’il veut pouvoir remonter sur le ring dans quelques jours. Qui d’autre que Lucie Miller, la petite sœur de son meilleur ami, pourrait l’aider ? Reid lui propose un marché : Lucie se consacre entièrement à le soigner, en échange de quoi il l’initie à l’art de la séduction.
Reid a deux semaines devant lui. Deux semaines pour faire de Lucie une déesse de volupté. Qui sait s’il ne se prendra pas lui-même à son propre jeu ?

*********************************************************************************


Encore un roman.... pseudo érotique... il doit bien y avoir un genre pour tous ces livres mais j'avoue que je n'ai pas cherché.. dès que je trouve ça, je vous le dit^^. Donc c'est le genre de roman qu'on voir fleurir partout depuis quelques temps, des romans harlequins un peu amélioré mais le fond est TOUJOURS le même: une femme, un homme, une attirance magnétique, des parties de jambes en l'air mémorable et, bien sur, une histoire d'amour à se damner.

Seducing Cinderella ne fait pas exception à la règle. Et une fois de plus, j'ai complètement fondue. L'histoire alterne entre le point de vue de Reid, un jeune homme de 34 ans, qui fait du MMA-après recherches sur wiki, il s'agit d'une forme de combat qui autorise plusieurs disciplines, par exemple un boxer peut affronter un lutteur.. donc les combattants entrainement à plusieurs disciplines.- Apres une blessure, il doit suivre une rééducation et se retrouve dans le bureau de Lucinda Miller,alias Lucie Maris,la petite sœur de son ami d'enfance. L'autre point de vue est bien sur celui de Lucie. 29 ans, elle est thérapeute sportif. Mariée très jeune à l'époque de l'université, son mariage n'a pas duré bien longtemps et depuis, elle s'est complètement refermée à l'amour. Bien que depuis quelques années, elle soit persuadé que Stephen Mann un de ses collègues soit l'homme idéal pour elle.

J'ai trouvé vraiment sympa cette idée de passe d'un point de vue à l'autre, de plus que Gina  Maxwell sait exactement quand changer, ce qui donne au roman un rythme entraînant qui ne nous donne pas envie de lâcher le livre. Bien qu'ils soient heureux de se retrouver, que Reid ait considéré Lucie comme sa petite soeur pendant des années, il y a rapidement une attirance entre les deux, chacun restant cependant sur ses positions et se cachant derrière leur marché. Reid aménage chez Lucie qui prend un congé pour se concentrer sur la rééducation de Reid et sur le marché qu'ils ont passé.

Dès les premiers pages du roman, la tension sexuelle entre les deux est énorme et on attend le moment où le marché arrivera à son terme. Le fait d'alterner entre les deux points de vue fait qu'on s'attache autant à l'un qu'à l'autre. On rit avec eux, on est mortifié avec eux et on savoure chaque instant de ce petit duo fort sympathique.

J'ai aimé retrouver le point de vue d'un garçon, j'ai  aimé que Lucie ne soit pas une oie blanche j'ai aimé l'alchimie qui se dégage entre ses deux personnages. Mais j'ai regretté que le roman ne soit pas un peu plus long et que les personnages secondaires ne soient pas plus développés. On se concentre vraiment essentiellement sur les deux héros et il faut avouer que c'est ce qu'on préfère.  Je sais qu'une suite est sortie qui met cette fois ci au premier plan des personnages effleuré dans le tome 1 Je  la commencerai surement après le roman que je viens de commencer qui n'est pas DU TOUT dans le même style mais ça fait du bien aussi de changer.


En résumé un roman qui vous fait passer un très très bon moment et que je vous conseille vivement!

jeudi 29 mai 2014

Love Game (Tangled) Tome 1 de Emma Chase

Re Bonjour!!!


Comme à chaque fois que je fini un livre, je réfléchis à celui que je vais commencer ensuite. Principalement pour mettre à jour mon blog. Oui là à droite, vous voyez? Et oui ce petit widget vous indique le ou les livre(s) que je suis en train de lire. Donc ce matin, avant de rédiger ma chronique sur Joyland, j'ai décidé de commencer Seducing Cinderella de Gina L Maxwell et puis j'ai trainé sur Facebook... et j'ai reçu une notification dans ma boite mail, pour la dernière chronique de ma copine Gwenlan, sur la Malle Aux Livres... et j'ai changé d'avis!


Je sais pas vous mais quand c'est férié et qu'il fait gris, moi je lis! J'aurai pu faire du ménage ou regarder la télé, ou scrapper ou jouer aux sims.. mais non.. je lis. Donc après mon petit déjeuner je me suis recouchée et j'ai ouvert ma liseuse sur les premières lignes de Love Game.... et je ne l'ai pas refermée avant de l'avoir fini!
Je vous laisse, comme d'habitude, avec la quatrième de couverture.

Vous saurez enfin ce que pensent vraiment les hommes !
Drew, la trentaine irrésistible, est associé dans une grande banque d'investissement new-yorkaise. Le pouvoir, l'argent, les femmes, absolument tout lui réussit. Très sûr de lui et arrogant, il assume son statut de beau gosse et enchaîne les aventures sans lendemain. Jusqu'au jour où une femme lui résiste. Kate Brooks est sublime, brillante, et ambitieuse... mais fiancée et inaccessible. 
Lorsqu'il la rencontre dans un bar et tombe sous son charme, il ignore encore qu'elle deviendra sa collègue quelques jours plus tard... 
Bouleversés par le magnétisme sexuel qui les aimante et engagés dans une rivalité professionnelle diabolique, ils vont jouer avec leurs sentiments, s'aimer et se détester. 
Drew, le séducteur invétéré, nous prend à partie et nous décrit la façon dont il tombe amoureux. Il nous confie avec autodérision et cynisme ce que les hommes pensent vraiment...

********************************************************************************


La chronique de Gwenlan parle d'elle même et je suis sure que si vous cherchez sur le net vous allez tomber sur des dizaines de chroniques sur ce petit bouquin rose. Il était dans la PAL de ma liseuse depuis plusieurs jours mais pas si longtemps que ça.. pas bien.. je sais que je devrai livre d'autres livres en priorité mais je n'ai pas pu résister quand j'ai lu l'avis de Gwenlan.

Et je ne regrette vraiment pas. Bon sinon, juste pour vous dire que sur ma liseuse, il faisait 244 pages.. en version papier apparemment il en fait 317  mais j'ai déjà remarqué cette différence de page entre les versions papier et les version epub..donc en bref c'est un petit bouquin qui se lit vite et bien.

Tout d'abord parce que c'est super bien écrit! Le petit plus de ce bouquin par rapport à tous les autres du même genre, c'est que pour une fois, le livre est écrit du point de vue du garçon! Et c'est quand même beaucoup moins prise de tête les garçons! J'avoue que quand j'ai vu qu'il s'agissait de la même maison d'édition que toute la séries des Beautiful (Bastard, Bitch and co) j'ai un peu flippé. Donc oui.. Drew est vulgaire et cru, mais comme l'a dit Gwenlan, ça passe mieux parce que c'est un garçon qui parle...

Donc Love Game, c'est l'histoire de Drew, un jeune homme à qui tout réussit et qui passe ses samedi soirs à enchaîner les conquêtes. En gros Drew c'est le mec qu'on retrouve dans tout un tas de romans à la mode en ce moment. Vous allez me dire: "Ouais ok.. pourquoi je lirai ce livre alors?" Parce que c'est sympa d'avoir la version du garçon pour une fois. Parce que Drew est drôle attachant et qu'on adore quand les mecs craquent pour une fille et une seule. Je l'ai déjà dit, c'est notre version à nous du prince charmant. On ne veut plus d'un gars qui nous sort de notre quotidien, on veut être celle qui fera se ranger définitivement celui dont toutes les filles rêvent. Et on se laisse prendre au jeu, on suit l'histoire avec envie. Parce que Emma Chase, à travers Drew sait laisser le suspense. L'histoire commence par un Drew malade, de la grippe soit disant, mais d'amour surtout. Il commence donc par nous expliquer comment il en est arrivé là puis le roman reprend là où il s'était interrompu. J'aime bien ce principe de flash back  qui pose bien l'histoire et nous permet de savoir qu'il va y avoir un rebondissement. Et puis c'est bien aussi, de voir qu'un mec peut avoir le coeur brisé, ça change!

Perso j'ai adoré Drew, je l'ai trouvé vraiment attachant et arrogant et drole et romantique et amoureux et honnête! On voit son évolution au fil du roman et j'avoue que j'ai versé ma petite larme quand on en arrive au pourquoi de sa "grippe".
Bien entendu, il faut que je vous parle du personnage de Kate, la jeune femme qui le met dans tout ses états.. et bizarrement j'avais l'impression qu'elle était un personnage secondaire.. je n'ai pas cet effet là quand je lis un roman d'amour raconté par la fille. Mais bien que Kate soit le second personnage principal, j'avoue que j'étais plus concentrée sur Drew que sur elle. Pour une fois, la vulgarité ne m'a pas trop gênée et j'ai adoré la façon dont Drew s'excuse auprès de nous, lecteur, en précisant plusieurs fois qu'il est loin d’être le gendre idéal.

Il y a bien entendu des personnages secondaires, dont un dont Gwenlan a largement parlé dans sa chronique et que j'ai adoré, à savoir Mackenzie, la nièce de Drew, âgée de 4 ans. Une petite merveille cette gamine.

J'ai lu que Emma Chase avait déjà écrit 5 tomes, je ne sais pas (et ne pense pas) qu'ils parlent tous de Drew et Kate mais en tout cas, j'ai hate d'en savoir plus sur la suite des aventures de Drew.


Tant qu'on est a parler des livres écrit du point de vue d'un garçon, je ne saurai trop vous conseiller de lire l'excellent Attachement de Rainbow Rowell, dont vous pourrez trouver la chronique ici, si vous voulez avoir une idée du sujet du roman.

Joyland de Stephen King


Bonjour à tous!

Encore un Stephen King me direz vous? Je vous répondrai, quand on aime, on ne compte pas! J'ai tellement aimé 22/11/63, que je n'avais qu'une envie, lire son dernier roman. C'est un bébé roman, seulement 327 pages, après les 900 et quelques de 22/11/63 c'était une promenade de santé!  Comme d'habitude, je vous laisse avec la quatrième de couverture:

Les clowns vous ont toujours fait un peu peur ?
L’atmosphère des fêtes foraines vous angoisse ?
Alors, un petit conseil : ne vous aventurez pas sur une grande roue un soir d’orage.

Après une rupture sentimentale, Devin Jones, 21 ans, débarque l’été 1973 à Joyland, petit parc d’attraction sur le littoral de la Caroline du Nord. Il est embauché avec d’autres étudiants pour compléter l’équipe de forains, à la fois étrange et joyeuse. Sa rencontre avec un petit garçon doué de voyance, atteint d’une maladie grave, et surtout de sa mère, va changer la vie de Devin. Obsédé par le mystère du train fantôme soi-disant hanté par le spectre d’une femme égorgée 4 ans auparavant, le jeune homme se lance dans l’enquête. Un nouveau meurtre est-il possible ? Parviendra-t-il à l’éviter ? Une chose est sûre, l’aventure le changera à jamais.

Stephen King nous plonge avec une douce nostalgie, dans l’atmosphère d’une Amérique rétro.

*******************************************************************************


Le roman est donc raconté du point de vue de Devin, un jeune homme de 21 ans qui vient de se faire plaquer par sa petite amie et qui a trouvé du travail pour l'été dans un petit parc d'attraction du nom de Joyland. Comme tous les Stephen King, ce roman commence doucement et pendant un moment je me suis dit que mon auteur avait bien changé de style. On est loin du fantastique, des monstres et autres univers inquiétants qui faisaient ses premiers romans. D'ailleurs je me rends compte que c'est de plus en plus le cas dans ces derniers livres, peut être qu'il change, comme tout le monde. L'histoire est plaisante, je ne vais pas vous refaire tout un laïus sur son style d'écriture et tout et tout, je pense que ma dernière chronique et sa notoriété parlent toutes seules. 

Vu que le roman est assez court, on rentre cependant assez rapidement dans l'histoire et on découvre avec Devin le monde des forains, le monde de ce parc d'attractions, et on s'attache comme lui aux personnages qui composent ce monde extravagant. Dans le premier chapitre, Dev nous parle d'un petit garçon en fauteuil roulant, et de sa maman, mais il faudra attendre la fin de l'été pour les rencontrer enfin. Entre temps, Stephen King pose les jalons de son intrigue et nous amène là où il le souhaite d'une main de maître.

Pas vraiment d'éléments surnaturels dans ce roman, à part peut être l'histoire du fantôme qui hante le train fantôme, et quelques personnes aux dons particuliers,mais j'ai plus eu l'impression de lire une tranche de vie, un passage de l'ado à l'adulte qu'un roman fantastique.

Je ne sais pas si c'est parce que 22/11/63 m'avait tellement touchée, si c'est parce que j'ai quasiment enchaîné deux Stephen King à la suite mais je dois avouée que je suis restée sur ma faim. C'est un livre sympa, qui se lit facilement et qui reste entraînant et bien écrit. De toute façon, comme le dit une chroniqueuse sur Envrak: Un King mineur est de toute façon un bon livre. Je vous invite d'ailleurs à aller lire sa chronique qui résume très bien mon état d'esprit à la fin de ce roman; c'est ici.

En résumé, je pense que ce roman aurai mérité beaucoup plus de pages, beaucoup plus de temps pour installer les personnages et en développer certains, peut être au détriment d'autres qui n'apportent pas grand chose à l'intrigue. On ne fait qu'effleurer les choses, là où d’habitude Stephen King prend des pages et des pages pour des détails.

Au final, pour ceux qui n'aiment pas les pavés, c'est un bon compromis. Mais j'avoue que j'en attendais un peu plus du maître du suspense.



Sinon, je change complètement de sujet mais je voulais vous montrer le colis que j'ai reçu de Kris TL . Je viens de commander ses livres version papier pour pouvoir les relire et les prêter à ma Môman qui ne lit pas encore sur les liseuse et j'ai été pourrie gâtée!! Merci à cet auteur qui est tout simplement adorable et abordable et je ne saurai trop vous conseiller de lire ses livres!!!!










jeudi 22 mai 2014

Swap de La Malle aux Livres

Bonsoir à tous!!

Un petit article un peu différents des autres pour vous présenter mon colis que j'ai enfin reçu aujourd'hui après que ma binôme de swap ait eu des difficultés à obtenir ce qu'elle voulait m'offrir^^

Je vous ai déjà mis plusieurs fois le lien vers l'article de La Malle aux Livres qui parle du swap aussi je ne vais pas m'étendre sur le sujet.

Voici tout d'abord quelques photos du colis que j'ai envoyé à Ialys, du magnifique blog La parenthèse dorée




Dans mon colis pour Ialys il y avait:
Des douceurs : chamalow cerises qui piquent et schokobons princesses disney
Un marque page et un petit bloc note faits maison
Deux livres: Persuasion de Jane Austen et Birth Marked de Caragh M O'Brien.

Ce sont deux livres qui m'ont vraiment plus et que je voulais faire découvrir à Ialys. Ben oui parce qu'on s'est découvert beaucoup de lectures communes alors pas évident de trouver un livre qu'elle n'avait pas lu et que j'avais suffisamment aimé pour vouloir lui faire découvrir.

J'ai ce soir reçu mon propre colis de la part de la miss et je suis complètement fan de ce qu'il recèle. 



Lorsque j'ai lu la carte de Ialys, j'avoue que j'ai eu un gros espoir sur un des deux livres, et comme une gamine, c'est le paquet que j'ai ouvert en dernier. Je ne sais pas vous mais perso, j'adore recevoir des cadeaux alors là c'était trop chouette de tout ouvrir au fur et à mesure. Ialys m'a mis un petit mot explicatif sur chaque paquets et j'ai deviné juste à chaque fois.
Il y avait donc dans mon colis:

Un miroir de poche (trop beau!!j'en suis fan) 
Un stylo cupcakes trop mignon
Un petit carnet (tu ne pouvais pas mieux tomber je suis fan des petits carnets)
Un paquet de mini post it marque page en forme de friandises
Un paquet de sablés tout choco (qui ne vont pas faire long feu^^)
et deux livres: Pour un Tweet avec toi de Teresa Medeiros et celui sur lequel je mettais tous mes espoirs, qui est dans la PAL de ma liseuse depuis des mois et que je désespérais de lire un jour (peur de pleurer... mais là j'ai plus d'excuses) Nos étoiles contraires de John Green.

Je sais ce que je vais lire dès que je finirai mon Stephen King.^^

Un énorme merci à Ialys pour son colis, tu ne pouvais vraiment pas tomber mieux. Et merci aussi aux filles de La Malle aux Livres pour votre swap!!!

Je n'ai plus qu'une envie! Recommencer!!!




dimanche 18 mai 2014

La révélation de Gemma Malley



Bonjour à tous!!

Me revoici pour une nouvelle chronique. Je me rend compte que le plus long pour moi n'est pas de venir ici rédiger ma chronique mais de choisir quel livre je vais bien pouvoir afficher dans ma petite colonne "Je suis en train de lire". D'autant plus que j'attends mon colis du swap de La Malle aux Livres et que du coup j'essaye d'éviter les romances.

C'est en fouillant dans ma liseuse que je suis tombée, un peu par hasard sur le dernier tome d'une trilogie que j'avais commencé avant de tenir ce blog. J'avais complètement oublié que j'avais les trois tomes, persuadée que le troisième n'était pas encore sorti.. et si.

Comme je n'ai pas rédigé de chronique pour les tome 1 et 2, voici des liens vers un blog trouvé sur le net.

Tome 1  La déclaration: histoire d'Anna.

Tome 2 : La résistance: histoire de Peter


Voici donc la quatrième de couverture du dernier tome La révélation.

Royaume-Uni 2142. Peter et Anna coulent des jours tranquilles en Ecosse avec leur fille Molly, vivant à une adresse secrète pour leur protection. Pendant ce temps à Londres, un événement affole la puissante société Pincent Pharma qui commercialise les pilules de Longévité: une étrange épidémie provoque la mort subite de centaines, puis de milliers de gens semant consternation et affolement dans cette société qui avait occulté toute idée de mort...

*******************************************************************************

J'avoue que j'ai été agréablement surprise en retrouvant ce livre dans ma PAL parce que j'avais vraiment apprécié les deux premiers. Je m'étais prise d'affection pour Anna et surtout pour Peter, mais également pour les personnages secondaires qu'on découvre dans le deuxieme tome. Ici, nous sommes un an après la fin du deuxième tome, dans cette société où seuls les personnes profitant de la Longévité ont des droits. Les Surplus sont toujours traité avec autant de mépris par les Légaux et la Résistance continue de vouloir renverser Pincent Pharma.

On retrouve ici tous les éléments des deux premiers tomes, et une fois de plus, plusieurs voix viennent nous conter l'histoire. Si dans le premier tome c'était uniquement Anna, puis Anna et Peter dans le deuxieme tome, cette fois ci c'est également Jude, Richard Pincent et pleins d'autres personnages qui permettent de donner une plus grande dimension à la société dans laquelle évoluent nos protagonistes.

Comme toute dystopie, ce que j'aime c'est justement le monde imaginé par l'auteur, j'aime découvrir une nouvelle société, en apprendre ses règles, son fonctionnement et ce qui a fait que notre monde en est arrivé là. Ce que j'ai trouvé particulièrement intéressant ici, c'est que la société est composée presque uniquement de vieux. En effet, depuis plus de 100 ans ce sont les mêmes personnes qui prennent ce médicament pour prolonger leur vie indéfiniment. J'aime ce que ça dit sur la nature humaine, sur la peur de mourir et sur ce que les hommes sont prêts à faire pour être au dessus de cette fatalité.
J'aime aussi ce que cette société de "vieux" -ils ne le sont pas physiquement mais le sont quand même dans leur tête- ne fait pas. Rien ne change, les jeunes sont sources de problèmes. J'aime lire à quel point, dès qu'on touche à leur bien être, à leurs habitudes, ces habitants deviennent les pires personnes possible.

J'ai aimé cette vision de la société qui diffère des dystopies habituelles.

Je le redis, ce style reste un de mes favoris, et cette dystopie est semblable aux autres dans le sens où elle nous transporte dans l'univers que l'auteur à créé pour nous. Le style fluide de Gemma Malley, le changement de narrateur, l'angoisse que l'on sent monter tout au long du troisième tome, font de cette trilogie un petit bijou que je vous conseille vivement!



jeudi 15 mai 2014

22/11/63 de Stephen King





Bonjour à tous,


Me revoilà apres une petite semaine de lecture intensive pour vous présenter ce pavé qu'est 22/11/63 par Stephen King. Apres des semaines et des semaines à lire des ebook sur ma mini liseuse de poche, j'avoue que reprendre en main un livre de cette envergure, ça fait bizarre. C'est lourd, un livre, surtout quand il fait quelques 950 pages, aussi fines que du papier à cigarette - j'en tournais deux à la fois au début^^- Bref, c'est un Stephen King, donc ça en vaut la peine.

Avant de vous laisser avec la quatrieme de couverture et mon avis, je me dois de vous donner une petite explication sur cette dernière phrase.

J'ai lu mon premier Stephen King à l'été 1993, j'avais alors 12 ans et on venait de déménager chez mon oncle et ma tante suite au divorce de mes parents. Depuis l'age de ...allez...7 ans, je  dévore les livres. Tout ce qui me passe sous la main est bon pour moi. Mais jusqu'à présent, j'étais restée aux romans pour enfants. Ma tante est une grande fan de lecture, de polar plus précisément mais elle avait dans sa bibliothèque un roman qui m'a attirée. Bien sur, j'avais déjà entendu parler de Stephen King, j'avais vu quelques films adaptés de ses œuvres et je pense qu'à cette époque là, j'étais déjà traumatisée par le clown de "Ça" comme grand nombre de mes contemporains -"Ils flottent.. ils flottent tous en bas..."- J'ai donc ouvert ce livre en sachant déjà que le monsieur qui l'avait écrit était un grand auteur. Ce livre, c'était Charlie. Je n'ai qu'un souvenir très vague de l'histoire, du temps que j'ai mis à le lire et de ce que j'ai ressenti en le lisant. Mais je m'en souviens. Ce qui, compte tenu du nombre de livres que j'ai pu lire depuis relève du petit miracle. Je suis tombée dans l'univers de Stephen King un jour d'aout 1993. 21 ans après, ma passion pour cet auteur est toujours intacte.



22 novembre 1963 : 3 coups de feu à Dallas.
Le président Kennedy s écroule et le monde bascule.
Et vous, que feriez-vous
si vous pouviez changer le cours de l Histoire ?

2011. Jake Epping, jeune professeur au lycée de Lisbon Falls dans le Maine, se voit investi d une étrange mission par son ami Al, patron du diner local, atteint d un cancer. Une « fissure dans le temps » au fond de son restaurant permet de se transporter en 1958 et Al cherche depuis à trouver un moyen d empêcher l assassinat de Kennedy. Sur le point de mourir, il demande à Jake de reprendre le flambeau. Et Jake va se trouver plongé dans les années 60, celles d Elvis, de JFK, des grosses cylindrées, d un solitaire un peu dérangé nommé Lee Harvey Oswald, et d une jolie bibliothécaire qui va devenir l amour de sa vie. Il va aussi découvrir qu altérer l Histoire peut avoir de lourdes conséquences...
Une formidable reconstitution des années 60, qui s appuie sur un travail de documentation phénoménal. Comme toujours, mais sans doute ici plus que jamais, King embrasse la totalité de la culture populaire américaine.


*********************************************************************************



J'aime cette période de l'Histoire. L'assassinat de Kennedy, même s'il est intervenu 18 ans avant ma naissance, fait parti de ces faits marquants de l'Histoire dont je me souviens, au même titre que la guerre du Vietnam, la mort de MLK, la ségrégation, l'apartheid et la chute du mur de Berlin. Oui je suis meilleure en Histoire des autres pays qu'en Histoire française.. peut être parce qu'à l'école on ne m'a jamais parlé de la guerre d'Algérie... Donc quand j'ai vu que le dernier livre de mon auteur préféré traitait de cette fameuse journée du 22 novembre 1963, -d'où le titre^^- je me suis jetée dessus.

 Bon soyons honnête, je me serai jetée dessus de toute façon. Cependant, il est resté un bon moment dans ma PAL. Envie de choses légères, de bouquins faciles à lire. Le dernier Stephen King que j'avais lu était  Le dôme, l'été dernier, bouquin qui m'avait d'ailleurs motivée à acheter une liseuse -mais c'est une autre histoire..- et je savais que, comme d'habitude, l'intrigue allait être longue à se mettre en place, parce que c'est ce qu'il fait, Stephen King, il prend son temps pour installer ses personnages, son ambiance, son atmosphère, en général on est déjà au bon quart du livre quand on se rend compte qu'on ne veut plus le lâcher. Mais un quart de livre de 950 pages, ça fait quand même 237 pages.. les derniers livres que j'ai lu n'en faisaient pas beaucoup plus..

Il faut s'accrocher pour lire un Stephen King. Mais même après avoir lu 39 de ses livres, je passe toujours par ce début poussif, qui me donne envie de laisser le livre de coté, ce que j'ai fait parfois, pour le prendre ensuite et ne plus le lâcher.
22/11/63 ne fait pas exception à la règle. Mais après être tombée amoureuse du style de son fils en lisant Cornes , je ne pouvais que m'accrocher un peu, sachant que ça serait temporaire et que bientôt, je ne voudrai plus laisser tomber mon livre.

L'histoire est écrite du point de vue de Jake Eping, un professeur d'anglais dans un lycée d'une petite ville du Maine, qui va devoir repartir dans le passé pour sauver Kennedy. Jake est un homme normal, avec ses qualités et ses défauts, avec ses idéaux et ses doutes. C'est un homme normal à qui on a confié la tache de sauver Kennedy, pour changer le monde. Bien sur, Jake a du mal à croire que c’est possible, a besoin de peser le pour et le contre mais quand il s'agit de sauver Kennedy, et d’empêcher par la même occasion tout ce qui a suivit - la mort de MLK, la guerre du Vietnam...-il n'hésite pas longtemps.

La première partie du roman se passe en 2011, mais très vite, Jake passe par le trou du terrier et se retrouve en 1958. On découvre (ou redécouvre pour certains) une Amérique dorée.. mais qui sent mauvais^^ Jake doit apprendre à vivre dans ce monde sans téléphone portable, sans ordinateur, sans internet, apprendre à s'adapter à la vie à l'époque, sans faire de gaffe, une vie où les gens sont aimables, confiants, où les maisons ne sont pas verrouillées où les voisins se mêlent de votre vie. Une vie où les noirs n'ont pas les mêmes droits que les blancs et on a trop vite tendance à oublier que c'était il y a seulement 50 ans.

Jake doit donc attendre 1963 pour sauver Kennedy, pour s'assure que c'est bien Oswald le tueur, qu'il a agit seul et que le fait de le supprimer sauvera le président. En quatre ans, il va lui arriver plein de choses forcément, il va se faire des amis et rencontrer l'amour sous les traits de Sadie, la jolie bibliothécaire. Stephen King n'est pas un adepte des histoires d'amour, j'ai lu quelque part une fan qui disait que Stephen King lui même avait dit qu'il ne savait pas écrire sur l'amour, mais que l'histoire d'amour dans ce livre était sincère  et pleine de tendresse, elle disait qu'elle pleurait tellement sur les dernières pages qu'elle n'arrivait plus à lire.

Je n'avais pas pleuré pour un Stephen King depuis Charlie, à l'été 1994...Je n'arrivais plus à lire les dernières pages tellement je pleurais hier soir. Jake Eping n'est pas beau, con, arrogant, prétentieux et sûr de lui. Il n'est pas PDG d'une multi nationale, tout puissant et désiré par la terre entière. Le roman ne tourne pas autour de l'histoire d'amour entre Jake et Sadie, elle vient en plus. En plus de cette plongée dans l’Amérique pas si rose de la fin des années 50 début des années 60. En plus de ces détails sur Lee Harvey Oswald, sur sa vie avec sa femme, son retour aux Etats Unis après sa fuite en Russie, sur ce personnage dont tout le monde connait le nom mais qu'on connait si peu au final. En plus de cette lutte contre le passé qui ne se laisse pas changer sans résister pour sauver un homme, que l’Amérique entière adorera après sa mort, même si ce n'était pas le cas de son vivant, un homme dont la mort est le symbole de beaucoup de choses négatives dans l'Histoire des Etats Unis.. mais qui sait ce que ça aurait donné si Oswald ne l'avait pas tué en 1963?
L'histoire de Jake et Sadie n'est pas la trame principale de ce roman, les romans de Stephen King ne sont pas des romans d'amour.. mais l'histoire de Jake et Sadie reste pour moi, une très belle histoire d'amour.

Je n'ai pas besoin d'en dire plus aux fans de Stephen King pour leur donner envie de lire ce livre, je sais qu'ils le feront. Pour les autres, plongez dans cet univers merveilleux, tenez le coup pour passer les 250 premières pages, et laissez vous porter par l'histoire de Jake, Sadie, Al, Deke, Harry, Rosette, Lee, Marina, John et Jackie. Je vous garantie que vous ne serez pas déçu.

lundi 5 mai 2014

Romagnas: Les liens du sang de Kris TL




Bonjour à tous!!

Dernier jour de vacances et dernier livre dévoré... vu que je reprend le boulot et vu le pavé que je viens de commencer, il va falloir attendre un peu avant ma chronique suivante! Mais commençons déjà par celle ci.

Je vous ai déjà longuement parlé hier de cet auteur et de ce que je pensais du premier tome, aussi cette chronique sera beaucoup plus courte que la précédente.... comme d'habitude, je vous laisse avec la quatrième de couverture:
Attention!! Ne pas lire si vous n'avez pas lu le premier tome!!





Par miracle, Lisy O'Brian, et toute la famille Cummings s'en sont sortis vivant ! Pas sans égratignures, avec un bébé disparu, kidnappé par une Lisbeth complètement folle, perdue on ne sais où, et le corps de David n'a toujours pas été retrouvé... Pour couronner le tout voilà que débarque l'ex de Lisy, pilote de rallie, qui lui propose de l'épouser ! 
Entre la vie sentimentale des personnages et les aventures dans lesquelles ils se retrouvent engagées de gré ou de force pour retrouver Ethan, le fils de Tess et Matt, ou même juste pour survivre, les actions s'enchaînent sans cesse, à toute allure jusqu'à la fin du livre. Et ce avec une certaine dose d'érotique, mais aussi de suspens et d'humour ainsi que d'ironie, qui faisaient déjà le charme du premier tome.



*********************************************************************************


Alors alors, c'est avec  grand plaisir que j'ai retrouvé mes personnages que je n'avais laissé qu'hier d'ailleurs, juste à la suite de leurs aventures. J'ai retrouvé dans ce deuxième tome tous les éléments que j'avais adoré dans le premier, les personnages sont encore plus développés, que ça soit Lisy et Greg ou les personnages secondaires comme Alan, Matt ou Jeff. On commence aussi à en apprendre plus sur Tess, qui bien que personnage central de l'intrigue du premier tome, était quasi inexistante. Ici, elle commence à prendre forme et j'espère qu'elle sera un peu plus mise en avant dans les prochains tomes. Parce que oui, la fin de ce tome là laisse forcément présager une suite, meme si le dernier chapitre ressemblait à une conclusion.. Heureusement, Kris TL nous laisse sous entendre que les aventures de Lisy et Greg sont loin d’être terminées.

Ce tome commence quelques jours après la fin du premier et je ne sais pas vous, mais moi j'adore retrouver mes personnages là où je les ai laissés. Une fois de plus, Lisy et Greg vont se retrouver embarqués dans une intrigue policière, contre leur gré. On en apprend un peu plus sur les cartels, sur le Mexique et tout ce qu'il peut se passer là bas à la frontière. C'est vraiment intéressant et original, pour ma part, je n'avais pas encore lu de romans sur ce milieu.

Comme dans le premier tome, on alterne entre le point de vue de Greg et Lisy et le style est toujours aussi fluide et entraînant. Pas de longueur, on est prit dans l'action dès les premières lignes et on a hâte d'en savoir plus sur l'intrigue mais aussi sur l'évolution de la relation entre les différents personnages. Encore une fois, j'ai dévoré ce roman et je n'ai qu'une hâte, que la suite sorte pour pouvoir à nouveau me plonger dans les aventures de Lisy et Greg!



dimanche 4 mai 2014

Romagnas du Mont Davis de Kris TL

Bonjour à tous!

Une fois n'est pas coutume, me revoilà bien vite pour une nouvelle chronique. Je crois que j'ai prit une grande décision... je vais arrêter d'aller sur le blog de La Malle aux Livres parce qu'à chaque fois que j'y vais, ma PAL grandit, grandit, grandit... mais d'un autre coté, au rythme où j'ai dévoré ce roman, elle diminue aussitôt!

C'est donc une fois de plus mon amie Gwenlan qui m'a fait découvrir cet auteur et ce roman qualifié par Kris T L elle même de "polars de filles". Forcément, ça ne pouvais que m'attirer.. et me plaire (d'ailleurs Julie si tu passe par là je te les recommandes!!) Bouquin commencé ce matin... terminé cet après midi... et adoré!! Je vous laisse avec la quatrième de couverture:


Grégory Cummings, 27 ans, psy à Toronto, analyste en Morpho-Gestuelle auprès de la GRC ( Gendarmerie Royale Canadienne)va être conduit à la frontière du Mexique pour retrouver sa sœur disparue depuis plus de trois mois.Lisy O’Brian, gynécologue à El paso se trouve être la dernière à avoir vu Tess Cummings.
Leur destin va se retrouver lié au delà de ce qu’ils auraient pu imaginer.
Un médaillon, une comptine, des fleurs…
Quel est donc ce secret qui les enchaîne à jamais ?
Que vont-ils découvrir au bout de cette route ?
Déchireront-ils ce voile obscur qui plane sur eux depuis plus de 17 ans ?

*********************************************************************************

Que dire sur ce livre si ce n'est que je l'ai adoré? Je ne sais pas vous mais quand  je fini un roman dont je ne suis pas fan, j'ai comme un gout d'inachevé. Je me suis donc lancée dans la lecture de Romagnas du Mont Davis avec plein d'apriori... j'avais lu la chronique de Gwenlan quand elle l'avait écrite et avais rajouté ce roman et sa suite dans ma PAL sans plus m'y intéresser. Allez savoir pourquoi je m'attendais à un roman à l'eau de rose en France, avec un marquis et tout ça.. à la Angélique... alors que bon hein.. j'avais lu la chronique et le résumé.. Bref, j'ai été agréablement surprise des les premières lignes et me suis laissée porter par ce roman qui combine tous les éléments que j'aime: de l'action, du suspense, une intrigue policière, des personnages écorchés, de l'amour et surtout.... un mec super sexy et viril et tout et tout (lui manque plus que les tatouages à celui là.)

L'histoire donc, est celle de Lisy O'Brian, jeune gynécologue à El Paso qui traverse les Etats Unis pour venir informer Gregogry Cummings qu'elle a vu sa soeur; Tess; disparue depuis trois mois. Bien entendu, Gregory est un con arrogant et l'envoie promener sans même l'écouter. Bon soyons honnête, nos princes charmants n'ont plus rien à voir avec ceux de Disney, on les aimes con, arrogants, prétentieux, sûrs d'eux légèrement imbus d'eux même...et surtout beaux comme des dieux et prêt à se damner pour l'héroïne dont ils tombent toujours follement amoureux... et le pire, c'est que ça marche... hein les filles???

Et donc Gregory est tout ça... sauf que contrairement à Christian Grey, il n'est pas tout puissant. Et j'aime bien ça.
Quand à Lisy, c'est une jeune femme normale, qui s'assume, qui a déjà vu le loup, normale quoi. Et c'est ce que j'aime aussi. Elle ne se laisse pas démonter par l'attitude de Gregory. Bien sur elle le trouve canon et est attirée par lui mais elle ne bafouille pas comme une collégienne et arrive même à mener parfois la danse.

Bref ce sont des héros normaux, et le roman n'en est que plus fort. Il est clair que ces deux là se sont trouvés et leurs rapports sont au centre du livre. Il y a de l'humour, d'ailleurs la première scène du roman nous plonge droit dedans. On a pas le temps de comprendre ce qu'il se passe qu'on est déjà sous le charme de l'attirance indéniable qui lie nos deux héros.

L'intrigue policière en elle même est vraiment intéressante. Le roman était raconté tour à tour du point de vue de Lisy puis de Greg, nous avançons au même rythme qu'eux dans cette histoire de camp de réfugiés clandestins de cartel de drogue et de policiers véreux. On découvre des personnages secondaires attachant et nos héros se retrouvent souvent dans des situations plus que cocasse... Bref, on pleure, on rit, on se creuse les méninges et notre coeur bat fort fort fort pour ces deux héros aux ailes brisées qui partagent un passé commun..


Je ne vous en dis pas plus, si ce n'est que contrairement à Gwenlan, je vais enchaîner sur le tome 2, incapable de résister plus longtemps au charge de Greg.

Je vous laisse avec le lien du site de l'auteur.. une jeune auteur que je ne peux que vous recommander de soutenir puis qu'elle s'auto publie. Souhaitons lui longue vie dans la sphère littéraire!

A bientot!

samedi 3 mai 2014

Confessions d'une fan de Jane Austen de Laurie Viera Rigler

Bonjour à tous!

Me revoici pour une nouvelle chronique! Cette semaine, je suis en vacances, donc j'ai le temps de lire, pour mon plus grand plaisir. Comme je vous en avais parlé la dernière fois, je me suis lancé dans une lecture commune avec ma copine Gwenlan, du blog La Malle aux Livres, à force si vous n'êtes pas allé faire un tour sur ce blog c'est que vous êtes vraiment des flemmards!!^^

Une lecture commune, c'est quoi? En fait c'est très simple, on commence un livre en même temps, et on essaye de garder le même rythme de lecture. Si on voit qu'on est vraiment en avance sur l'autre, on l'attends. Au premier point d'étape, nous en étions exactement au même point. Puis Gwenlan a prit un peu d'avance, puis moi, pour finalement le finir quelques heures avant moi. Sa chronique est déjà rédigée, voici donc mon tour.

Comme d'habitude, je vous laisse avec la quatrième de couverture de ce livre à l'air très prometteur.

Le Best-Seller qui captive tous les amoureux de Jane Austen
Je n’aurais jamais du noyer mon chagrin dans une énième relecture d’orgueils et préjugés et dans l’alcool, car aujourd’hui, me voilà propulsée à l’époque de la régence anglais dans le corps d’une autre femme! Même si la mode Empire et les moeurs ne cessent de me surprendre, je m’aperçois que cette vie offre, malgré tout, son lot de charmes. Surtout quand je rencontre l’élégant et séduisant Charles Edgeworth. Mais est-il un Darcy ou un Wickham? S’il se révèle être un Darcy, je pourrais bien ne plus jamais éprouver l’envie de rentrer chez moi, après tout…

*********************************************************************************


Bon, j'avoue que j'aurai aimé faire ma maligne et dire que j'étais tombée dans Jane Austen toute petite et que depuis ses romans sont mes livres de chevet... ben non... ma maman était plutôt du genre fan des sœurs Bronte et j'ai dévoré Jane Eyre à l'age de 8 ans... d'ailleurs la dernière adaptation cinématographique avec Mia  Wasikowska et Michael "sexy" Fassbender (n'est ce pas Gwenlan^^) vaut le détour. J'ai découvert Jane Austen assez tard, à travers l'adaptation cinématographie de Raisons et Sentiments, que je préfère d'ailleurs à Orgueil et Préjugés, mon livre préféré de Jane Austen reste cependant Persuasion (dont je ferai peut être une chronique même si je l'ai lu il y a quelques temps.. ça me donnera une occasion de le relire.)

Bref, comme toute fille digne de ce nom, j'aime le romantisme, la passion retenue qui se dégage de ces romans et les histoires d'amour à faire pleurer... moi aussi je veux mon Darcy sortant de l'eau avec sa chemise blanche (ah non.. ça c'est Colin Firth dans l'adaptation de la BBC) bref...c'est beau et c'est plus romantique que des romans actuels où les filles écartent les cuisses au bout de trois minutes...

Donc, avec Gwenlan, nous avons décidé de lire "Confessions d'une fan de Jane Austen" en espérant se régaler... que nenni... 
Dès le premier point d'étape (chapitre 12/36), nous en sommes arrivée à la même conclusion: "c'est moi où l'héroïne est a baffer???"  Ce n'était pas moi.. elle est a baffer...

L’histoire se déroule donc du point de vue, très égocentrique, de Courtney, une jeune femme de notre époque qui se réveille dans la peau de Jane Mansfield (sic!) une jeune femme vivant à l'époque de Jane Austen. Le roman est écrit à la première personne et je me suis longtemps demandé si c'était ce qui rendait Courtney si égocentrique.. mais franchement.. je ne pense pas.  Au cours de ma lecture, Gwenlan m'a conseillé la mini série Lost in Austen (diffusée en vf sous le nom de Orgueil et Quiproquo) qui raconte à peu près la même histoire... mais en beaucoup beaucoup mieux.

Plusieurs fois, je me suis demandé comment Courtney pouvait avoir telle ou telle réaction en tant que fan de Jane Austen, elle est censée connaitre l'univers dans lequel elle évolue,en connaitre les règles de bases et pourtant, on dirait qu'elle débarque là comme dans un tout nouvel univers. Ok je ne nie pas que le choc des cultures doit être là mais quand même... Elle est censée avoir lu et relu tous les romans de Jane Austen et elle met trois plombes à assimiler les règles de bases de cette société guindée.. tout comme elle tombe des nues en découvrant la conditions des femmes à cette époque et le peu d'égard des hommes quand aux sentiments et à la place des femmes dans la société ou même sous leur toit.... c'est quand même un peu la base des romans de Jane Austen.. ou alors nous n'avons pas lu les même livres Courtney et moi.

Hormis le fait que Courtney soit d'un égocentrisme sans nom, elle est aussi.. bête et passe son temps à ressasser son "amour" pour son meilleur ami et la tromperie de son ex qui.. s'est déroulé plusieurs mois avant qu'elle ne soit transportée dans le passé... Elle ne pense qu'à elle, ne se demande pas où est passée Jane, dont elle occupe le corps et ne réalise qu'au chapitre 34(sur 36!!!) que ce qu'elle fait aura des conséquences pour Jane si un jour elle réintègre son corps... 

C'est dommage parce qu'il y a des pistes intéressantes mais aucune n'est réellement développée.. il n'y a , pour moi, pas d'histoire, le personnage principal est chiant au possible, les personnages secondaires totalement éclipsé par l'égocentrisme de Courtney. On nous promet une romance à la Jane Austen mais franchement... Edgeworth est loin d'arriver à la cheville de Darcy, Edward Ferrars ou Wentworth (sans parler de Rochester....mmmmm Michael Fassbender....) Chaque fois que l'auteure nous lance une idée sympa, notamment une rencontre que fera Courtney vers la fin du livre, c'est mal amené, et pour moi, elle passe à coté de quelque chose de vraiment bien. Quand à la fin... j'avoue que j'étais tellement soulagée d'y arriver que je n'ai même pas cherché à la comprendre.

En résumé de cette longue chronique... je n'ai pas DU TOUT aimé ce roman et je ne vous le conseille pas.. encore moins si vous êtes fan de Jane Austen... Il y a un deuxième tome, racontant l'histoire de Jane dans la peau de Courtney mais les personnages qui composent la vie de Courtney de nos jours ne me donnent vraiment pas envie de le lire (oui oui elle a réussit à me dégoûter de personnages qui ne sont même pas dans l'histoire tellement elle est soûlante.) J'avoue que j'ai peur que Jane soit aussi égocentrique que Courtney et l'histoire aussi molle...

Cependant, deux points positifs à la lecture de ce roman (en fait trois)
- j'ai adoré faire une lecture commune, expérience à renouveler.
-ma PAL diminue^^
-je m'en vais relire Persuasion dès que j'aurai fini le livre que je viens de commencer et dont vous pourrez trouver la chronique ici.

En attendant, je vous laisse avec la bande annonce de Jane Eyre avec mon chouchou, n'hésitez pas à regarder la bande annonce de Lost in Austen sur la chronique de Gwenlan!

A bientôt pour un roman qui je l'espère me plaira cette fois ci^^



jeudi 1 mai 2014

L'épreuve Tome 1: Le Labyrinthe de James Dashner



Bonjour à tous!

Encore un bouquin de ma PAL qui m'attendait depuis quelques temps. Un ebook cette fois ci, dans ma PAL de livres papier, il n'y a plus que des Stephen King ou des Maxime Chattam mais j'avais envie de changer de style après avoir lu Cornes pour rester sur l'univers de Joe Hill.

Il y a quelques temps je suis tombée sur la bande annonce du film inspiré de ce livre et je me suis dit que j'avais envie de le lire avant la sortie du film. Bien m'en a prit! Comme d'habitude, je vous laisse avec la quatrième de couverture:

Quand Thomas reprend connaissance, sa mémoire est vide, seul son nom lui est familier... Il se retrouve entouré d'adolescents dans un lieu étrange, à l'ombre de murs infranchissables. Quatre portes gigantesques, qui se referment le soir, ouvrent sur un labyrinthe peuplé de monstres d'acier. Chaque nuit, le plan en est modifié. 
Thomas comprend qu'une terrible épreuve les attend tous. Comment s'échapper par le labyrinthe maudit sans risquer sa vie ? Si seulement il parvenait à exhumer les sombres secrets 
enfouis au plus profond de sa mémoire...


*********************************************************************************

Alors alors... et bien une très bonne surprise que ce livre que j'ai dévoré en quelques jours. Deux pour être exacte. L'histoire se déroule du point de vue de Thomas, qui se réveille dans une boite avant de rejoindre un monde dont il ne connait rien. Il va devoir apprendre à survivre dans ce monde hostile peuplés d'une quarantaine de garçons âgés de 11 à 17 ans et de créatures étranges.
Comme Thomas, nous ne connaissons rien de cet univers. Thomas ne se rappelle pas de sa vie d'avant et apprend que c'était le cas de tous les garçons à leur arrivée. Petit à petit, au rythme de Thomas, on en apprend un peu plus sur la vie dans le Bloc, mais Thomas a l'impression de savoir plus de choses qu'il ne devrait.

Ce que je trouve vraiment intéressant dans ce livre, comme dans toutes les dystopies d'ailleurs, c'est que dans le premier tome l'auteur met en place l'univers dans lequel vont évoluer les héros. On découvre aussi les personnages, principaux et secondaires. J'aime ce moment où je plonge dans l'univers imaginé par l'auteur et la plupart du temps.. ça prend très vite. Ce roman ne fait pas exception à la règle, l'univers décrit par James Dashner est intriguant et les informations, distillées au compte goutte, au rythme de Thomas nous donnent envie de continuer à lire.

Comme Thomas a perdu la mémoire, il ne sait pas qui il est vraiment et plusieurs éléments lui font douter du camp auquel il appartient vraiment. Je trouve ça intéressant de se dire que le héro, auquel on s'attache forcément, est peut être le méchant. Il faudra attendre la fin du premier tome pour en apprendre un peu plus sur Thomas, Teresa, les autres blocards et le labyrinthe. La fin du tome 1 donne vraiment envie d’enchaîner sur le tome 2 mais vu que le troisième n'est pas encore sorti, je préfère attendre un peu avant de le lire.

Le style est vraiment fluide et entraînant, il n'y a pas de temps mort et chaque nouveau jour dans le Bloc apporte son lot de surprises et de mystères. Plus le temps passe et moins on y comprend quelque chose jusqu'à ce que la lumière se fasse pour Thomas et pour nous, lecteurs. Comme Thomas, on a qu'une envie, comprendre ce qu'il se passe, comprendre pourquoi ces garçons (et cette fille^^) sont enfermés dans ce Bloc depuis deux ans déjà, à chercher une solution qui ne semble pas exister, sans jamais perdre espoir, sans jamais renoncer.

En résumé un très bon premier tome d'une trilogie dont j'ai hâte de lire la suite. En attendant, je m'en vais commencer une lecture commune avec ma copine Gwenlan du blog La Malle aux Livres!

En petit bonus, la bande annonce du film tiré du livre: